Brèves : les rendez-vous de la Nuclear Valley

Quand j’arrive dans le hall de la région avec ma collègue, nous sommes un peu surprises par les visuels affichés aujourd’hui, deux pinup en petites tenues vantent les mérites d’une entreprise venue chercher de nouveaux clients dans le nucléaire …

Je pousse la porte de la salle des assemblées pour assister un petit moment au grand événement qui s’y tient : les rendez-vous de la “Nuclear Valley”. EDF et Areva rencontrent leurs sous traitants pour parler nucléaire auralpin sans complexe… et ça décoiffe :

L’EPR

  •   EDF à  ses sous-traitants régionaux :“pour avoir un intérêt économique à renouveler le parc nucléaire français, il faudrait baisser de 30% le coût de notre produit (l’ EPR)… Et donc de vos produits”Pour un réacteur 30% moins sûr?
  • Un sous traitant BTP “on voudrait avoir des demandes exhaustives d’EDF. Aujourd’hui, on nous laisse libre de l’interprétation des plans. On a besoin de standards de constructions pour fabriquer!”  Merci EDF pour tant de rigueur !

Le grand carénage :

  • Vous en reprendrez bien pour 30 ans?  Après 30 ans de service, les centrales nucléaires ont droit à un vaste rafistolage, c’ est l’opération “grand carénage d’EDF”. Cette opération doit leur permettre de durer 60 ans, c’est dit! Cette opération doit permettre de remplacer tous les grands équipements : un budget colossale de rafistolage mais rien n’est facile quand on doit rénover en zone irradiée…
  • Areva avoue ” nous avons eu des grandes difficultés dans les replacement des générateurs de vapeur… Areva va jusqu’à “déboires significatifs” puis évoque la “modernisation des cuves”( rebouchent-ils les fissures!?)
  • Areva ” en revanche tout se passe bien pour remplacer les interfaces de contrôle! ” Les terminaux conçus dans les années 60, ça ne colle plus avec une énergie d’avenir?
  • Un sous traitant : “C’est très compliqué, lent et couteux de travailler en zone nucléaire car il ne faut pas faire rentrer de matériaux inflammables sans en sortir la même quantité. Alors on a conçu un sas coupe feu! de cette manière on peut stocker des matériaux inflammables en zone nucléaire”… de l’art de contourner la norme !
  • Un sous-traitrant, fier de son innovation:  “Nous devons remplacer  800 portes coupe-feu des zones nucléaires. Comme chaque élément irradié deviendra un déchet, ça coutent cher en terme de poids, alors nous concevons des nouvelles portes plus légères“… Quand aux précédentes, elles  sont laissées sur place avec les gravats. Leur évacuation est prévu pour démantèlement final! S’en occuper tout de suite couterait trop cher?!

Vivre à côté d’une centrale rafistolée, ça vous tente ?

 

 

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *